Rollers & Coquillages, les parcours des randonnées rollers du dimanche à Paris. (www.rollers-coquillages.org)

Avec ou sans location de rollers blade (rollers en ligne, rollerblades) chez Nomades, vous aurez la possibilité de faire du roller en randonnée à Paris en famille, seul ou en club, sur un parcours défini par notre association Rollers et Coquillages. Chaque dimanche, un itinéraire correspondant à un événement roller débute place de la Bastille (magasin Nomades), à Paris (ou en région parisienne selon les événements rollers). Cette randonnée du dimanche, appelée rando-roller est organisée par Roller et Coquillage pour sortir en famille, promouvoir le roller et visiter Paris tout en faisant du sport.

Randonnées rollers du Dimanche : la rando-roller est un événement organisé chaque dimanche pour promouvoir le roller. Chaque randonnée est une force de communication (partenariat et sponsors) ayant souvent pour but d'aider les associations caritatives.

Prochain parcours du Dimanche : carte de la rando roller, dénivelé et parcours par nom de rues.

02/10/2016 - East Rutherford

Départ 14h30, retour 17h-17h30.

Parcours par nom de rues :

Place de la Bastille (Départ)
Boulevard Bourdon
Pont Morland
Quai de la Rapée
Pont d'Austerlitz
Quai Saint Bernard
Pont de Sully
Quai des Celestins
Quai de l'Hotel de Ville
Avenue Victoria
Rue Saint Martin
Pont Notre Dame
Rue de la Cité
Petit Pont
Quai des Grands Augustins
Quai de Conti
Quai Malaquais
Quai Voltaire
Quai Anatole France
Quai d'Orsay
Pont de l'Alma
Avenue de New York
Place de Varsovie (pause)
Avenue de New York
Avenue du President Kennedy
Avenue de Versailles
Boulevard Exelmans
Pont Garigliano
Quai André Citroen
Quai de Grenelle
Quai d'Orsay
Boulevard Saint Germain
Pont de Sully
Boulevard Henri IV
Place de la Bastille (arrivée)
Distance: 21.7 km. Dénivelé: 85 m/-85 m

Vote des parcours du Dimanche : votez la prochaine rando-roller à Paris. Deux parcours vous sont proposés afin de choisir par quel itinéraire faire du roller à paris.

Vote du 13/5/2012

Yoron-jima

20.5km, +/-99m, pause: Place Raoul Dautry
Place de la Bastille
Boulevard Bourdon
Pont Morland
Place Mazas
Pont d'Austerlitz
Place Valhubert
Quai d'Austerlitz
Avenue Pierre Mendes France
Boulevard Vincent Auriol
Rue Jeanne d'Arc
Rue de Patay
Rue de Tolbiac
Rue de la Glacière
Boulevard de Port-Royal
Rue du Fbg St-Jacques
Boulevard Arago
Place Denfert-Rochereau
Rue Froidevaux
Avenue du Maine
Place Raoul Dautry (PAUSE)
Avenue du Maine
Rue du Cdt R Mouchotte
Place de la Catalogne
Rue Alain
Rue Vercingétorix
Rue de Vouillé
Rue de la Convention
Rue de Vaugirard
Boulevard Pasteur
Avenue de Breteuil
Place de Breteuil
Avenue de Breteuil
Place du Pdt Mithouard
Boulevard des Invalides
Rue de Vaugirard
Rue de Rennes
Boulevard Raspail
Boulevard St- Germain
Pont de Sully
Boulevard Henri IV
Place de la Bastille

Savaii

22.8km, +/-140m, pause: Place de la Nation
Place de la Bastille
Boulevard Bourdon
Pont Morland
Place Mazas
Pont d'Austerlitz
Place Valhubert
Boulevard de l'hôpital
Boulevard st Marcel
Boulevard Arago
Place Denfert
Rue Froidevaux
Avenue du Maine
Rue du depart
Place du 18 juin 44
Boulevard du Montparnasse
Boulevard du Port Royal
Avenue des Gobelins
Place d Italie
Avenue d Italie
Rue de Tolbiac
Pont de Tolbiac
Rue J Kessel
Rue de Dijon
Place Larchambaudie
Rue Prudhon
Rue Taine
Place Felix Eboué
Avenue Daumesnil
Porte Dorée
Boulevard Soult
Porte de Vincennes
Cours de Vincennes
Avenue du Trône
Place de la Nation (PAUSE)
Avenue Philippe Auguste
Boulevard de Ménilmontant
Place Auguste Métivier
Avenue de la République
Place de la République
Rue du Temple
Rue de Turbigo
Rue Beaubourg
Rue du Renard
Rue de la Coutellerie
Avenue Victoria
Rue Saint Martin
Quai de Gesvres
Quai de l'hôtel de Ville
Quai des Celestins
Boulevard Henri IV
Place de la Bastille
Revenir au parcours de la randonnée du dimanche
Afficher le bloc pour lire les informations
Masquer le bloc pour voir la carte
Accueil > Le Bulot Reporter > Roller mon Ami

Roller mon Ami

Un Dimanche après midi comme les autres dans la Randonnée nous rencontrons de drôles de Patineurs !

Roller mon Ami "Ode à tous les types de Patineurs du Dimanche" Récit par RouleTaBille avec la participation de Captain Loulou

Le staffeur : Rollerus angelus

C’est avant tout l’ange gardien, le guide de la rando, l’idole des filles en détresse, on le reconnaît facilement grâce à son Tshirt jaune et surtout ses cris …… "serrez à droite "…. " on descend du trottoir "… "laissez passer le bus "....."un mojitos.SVP". Il est aussi prêt à faire le sacrifice de son corps pour empêcher les voitures de passer, c’est à ce moment là que les jeunes femmes se sentent l’âme d’une voiture…"oh oui laisse moi te rouler un patin"....."je vais m’occuper de tes roulements grand fou !!!!!" …brèves rencontre, car le staffeur à la bougeotte, il ne tient pas en place, à peine posé au carrefour, faut qu’il reparte immédiatement remplacer par un autre staffeur. J’ai, pour ce qui me concerne une préférence pour la staffeuse, mais faut pas se fier aux cheveux blonds et longs…

Le brigadier : Rollerus poulicum

La force tranquille, je patine qu’on dirait que je patine pas, même pas une goutte de sueur, droit et fier dans son uniforme bleu, le prestige de l’uniforme conduit certaines demoiselles à simuler des chutes, des malaises afin d’attirer l’attention du Brigadier à Roulette. Technique peu fiable, le brigadier n’a d’yeux que pour les scooters contrevenant à la bonne circulation de la rando. L’été, lorsque de charmantes allemandes, suédoises, italiennes et autres beautés en short ultra moulant que l’on voit pas le short, le brigadier se sent alors l’âme d’un staffeur prêt à aider , à donner des conseils sur les techniques de patinages, voir même prêt à sacrifier son temps libre pour faire visiter la capitale. C’est incroyable de voir comment l’administration peut former son personnel à la langue de Shakespeare …que de progrès !!!

Le débutant : Rollerus debutum

Tiens sur ses rollers grâce à son adoration de Takaroulé, il s’est retrouvé là car on lui a dit que c’était une rando pour les débutants, première ligne droite cela va plutôt bien, puis premier virage à gauche , fier de lui il a réussi à tourner sans tomber, la rando avance plutôt pas trop vite, et puis soudain surprise, un cri monte dans la foule " Les pavés sont nos amis faut les z’aimer aussi ", le débutant se dit alors que finalement le sport à la télé c’est bien aussi, en plus ses potes l’ont lâchement abandonné, ils sont devant loin…loin….loin…il n’a qu’une envie mettre des chaussures mais sans les roues. Le débutant se reconnaît par la position dite du " tréteau ", dos à plat, jambes droites et écartées et les bras pareils. Que tous les poteaux, feux, arbres, poubelles, ... sont ses amis et qu’il les aime chaque fois qu’il doit s’arrêter (le frein de toutes façon, il se plante s’il l’utilise).

Le dragueur : Rollerus Dragum solarium

Comment le reconnaître, c’est facile, premier indice, il n’a pas de protections, nan c’est pas beau c’est pas la classe, ensuite il a des lunettes de soleil, même si le temps est gris, équipé d’un Tshirt moulant de marque " la plus chère ", pour que l’on voit les pectoraux et surtout il ne se déplace pas seul, toujours minimum deux types. Là il profite des pauses de la rando pour se déplacer , délicatement et échanger des points de vues avec son acolyte "tin matte la blonde, elle est bonne ", " laisse tomber elle parle pas français et moi pas anglais ", "viens on va en début de rando et on regarde passer "…... "pas terrible aujourd’hui la rando" ce dernier texte mérite explication, le "pas terrible " signifie que la proportion de blonde n’est pas suffisante, enfin de blondes dites " Bonne ". Par contre en été, le dragueur devient fou, car trop de blonde, il ne sait plus où donner de la tête c’est pourquoi il pourra alors préférer la piscine, lui permettant par ailleurs de parfaire son bronzage.

Le technique : Rollerus patinus

En général profite de la rando pour montrer ses qualités techniques de patineur, en effectuant la rando en marche arrière, l’avantage de faire la rando en marche arrière, permet d’équilibrer l’usure des roulements en effet d’ordinaire, il roule toujours en avant, ce qui n’est pas très bon il faut bien le reconnaître. A la pause, il exécute tout type de figures acrobatiques et de style, dans le cas d’une chute, celle-ci n’est pas de sa faute mais simplement dû à des protubérances sur le sol. Adore que les autres le regardent et l’admirent…si en plus y des photographes peut prendre la pause.

Le weshke : Rollerus Gonflerus

C’est un individu, très particulier, première caractéristique passe la plus grande partie de la rando à critiquer celle-ci, trop rapide, trop de montée, des pavés, de préférence il fait ses remarques prêt d’un débutant. Il s’agit bien entendu, vous l’aurez compris de railleries pour amuser ses potes qui non loin derrière s’esclaffent de ses talents d’acteur. Le weshke a de plus des dons hors du commun sur des rollers, capable par exemple de vous passer au raz des patins et zou filer retrouver ses potes. Il arrive mais c’est très rare que le weshke tombe, dans ce cas précis, pendant environ 1000 mètres, il va s’adresser à ses potes de devant en criant ’ put..n, je me suis vautré….eh les gars, je me suis vautré….c’te honte…je me suis planté ’…….nul doute que cette information apparaîtra dans les journaux sportifs du Lundi ….. " Rando des bulots, un weshke c’est vautré "

Les amoureux : Rollerus esseulus mondus

Les amoureux, ils ont quitté les bancs publics pour la rando du dimanche, se tiennent par la main, ils sont dans la ville des amoureux, une ville si romantique, à que c’est beau une ville en roller. Ouais c’est beau , c’est beau mais les amoureux ben c’est ennuyeux à doubler , tu passes à gauche y a un rollerus angelus qui te crie " serre à droite ", tu passes à droite y a le trottoir ou des voitures, seul le weshke a trouvé la solution passer entre les deux amoureux , effrayant ainsi la belle qui se jette dans les bras de son amour en criant " ciel un weshke ".

Le sportif : Rollerus competitum

Il est pas là pour rigoler, c’est du sérieux cela va rouler fort, il a sortit les patins à cinq roues, fraîchement nettoyées au DoubleOuedD40…il a la tenue adéquate, ultra moulante avec poutre apparente. Il chauffe les platines pour que le lubrifiant des roulements soit à la température optimum pour permettre un bon roulé, cherche du regard les gars de son équipe, en général le sportif roule en banc, cela lui permet de pouvoir se livrer à une petite compétition amicale et dominicale. Rappelons tout de même que c’est pas dans la rando des bulots que l’on a vu battre le record du monde sur route en rollers, mais bon avec un journaliste saoul, on sait jamais la confusion est possible.

Le faux sportif : Rollerus competitum usurpatus

Déjà il a pas la tenue moulante, et en plus lui il est là parce qu’il a entendu sa conscience sous forme de Gemini Criquet, lui suggérer de faire du sport, il ouvre un placard, trouve pèle mêle, un vieux skate sans roues, une paire de skis, un ballon de plage et une paire de rollers, bon le ski à Paris , même à Montmartre faut oublier, le ballon de plage, ouais mais il est troué, lui reste les rollers et la rando des bulots…..le vla partit, il va enfin pouvoir dire au boulot qu’il a reprit l’entraînement. Il profite de chaque pause pour allumer une cigarette, faut bien oxygéner les poumons avec toute cette pollution…..enfin arrive la pause, il en profite pour se faufiler discrètement dans la première bouche de métro, non sans oublier volontairement ses rollers dans un coin, de toute façon ils étaient usés et ils roulaient pas bien, fallait pousser avec les jambes. Prochaine fois il prendra patinette à moteur comme sport.

La bimbo à roulette : Rollerus rollerus superficialus

On ne rencontre la bimbo à roulette, que lorsque le ciel est au grand beau et que la température extérieur avoisine les 26 - 27 °C. Ceci s’explique principalement par la tenue vestimentaire, petit boléro moulant, micro jupe ou bien petit short ultra moulant dit " fesses apparentes ". Elle se trouve sur des roulettes en ce beau dimanche, car en fait la salle de gym est fermée, l’institut de beauté aussi, le coiffeur idem et puis le Louvre c’est pas terrible les dessins au mur sont pas bien dessinés…..donc elle fait du rollers en profitant du soleil. Le rollerus dragum solarium recherche particulièrement la compagnie de la bimbo à roulette, à ce moment là la parade nuptiale peut commencer, on entend alors la bimbo glousser à chaque phrase émise par le rollerus dragum solarium. On dit alors dans la rando que cela roule cool.

Le Paumé : Rollerus egarus

Il ne sait jamais où il est, à chaque arrêt de la rando, il pose la question "on est où ", et puis immédiatement après, il demande "où va-t-on " on se demande comment il a pu trouver le départ de le rando, certainement il a du suivre un type en roller. Un grand sourire apparaît sur son visage lorsqu’un autre patineur lui montre le plan de la rando, " oooooooooooh et on va passer par tous les traits qui sont en bleus ". Sa plus grande surprise est de découvrir le point d’arrivée, qui se trouve correspondre au point de départ, une interrogation se dessine sur son visage, on sent la question arriver " Mais pourquoi tout ça alors ? "….

Le militaire : Rollerus combatus performus

Son métier dans la vie, militaire, son bonheur dans la vie, entraîner sa progéniture mâle au combat, en faire un athlète confirmé, au programme du dimanche après midi, immersion discrète au sein d’un groupe de civils équipés de rollers.. Il tient son bambin de 5 ans en rollers par la main, le bambin est légèrement en retrait, le gosse se déchaîne comme un diable sur ses patins pour suivre le rythme……..eh m….. le gamin finit par tomber, c’est pas grave le père continue en le traînant sur le bitume, " Allez gamin on n’est pas des mauviettes, on avance "…en plus je te rappelle que comme tu es tombé tu rentres en rollers et je te suis en voiture.

Le Binome : Rollerus apprentissum

(observé par Captain Loulou) Staffeur en formation affublé d’un T-shirt sans manche qui laisse passer l’air pour qu’on le perde pas de vue et qui passe le plus clair de son temps à perdre et a retrouver son staff Binome. Sorte de "mini-moi" du staff sans l’auréole, il roule avec son staff, s’arrête avec son staff, fais les mêmes gestes que son staff et dit les mêmes chose que le staff à une seconde d’intervalle.

Le Bruyant : Rollerus Grandum Gueulus

(observé par Captain Loulou ) Sorte de Porte Voix humain qui hurle sans arrêts un répertoire assez limité de "AAAAAALLLLLLLLEEEEZ" "VOUS ETES TOUS FATIGUES" "LE STAFF EST FATIGUES" parfois même et quand il sent qu’il obtient peu de réaction de la Foule il se prend à imiter une Trompette lors d’une Corrida afin de provoquer le classique "OLLLEE" . Sympathique les 10 premières minutes de la rando, le bruyant est grisé par sa propre voix, qu’il a de puissante. Par contre s’il ne bouge pas dans la rando, sa prestation peut parfois devenir très lourde surtout s’il l’on est juste devant lui et l’on se demande s’il ne serait pas sponsorisé en cachette par une marque d’aspirine.

Le "Sound System" : Rollerus Musicum

(observé par Captain Loulou ) A ne pas confondre avec le Bruyant, le Sound System est en fait une voiture "Tunée" mais sans voiture avec juste l’auto radio, l’ampli et les baffles. Le Sound System se repère de loin à l’oreille et il arrive généralement a produire un nombre impressionnant de décibels qui peuvent couvrir un temps même un Bruyant. Il y 2 sortes de Sound System l’egoiste et le généreux. l’égoïste écoute sa musique à lui généralement une techno immonde qu’il a fait tout seul et qui dure 3 heures et le généreux qui passent des chansons connues de tout le monde issue de sa propre discothèque. Tous les deux attirent des danseurs autour d’eux, plus pour le généreux tout de même. Il faut noter que tous les deux ont le même problème, les batteries. Apres 2 heures, le son devient très déformé et il doit se demander pourquoi il transporte un attirail aussi lourd pour rien. Petite variante du Sound System, celui qui emmène juste une BoomBox à pile sur son épaule. Sorte de Pisse petit qui pense qu’un walkman ça n’embêté pas assez de monde mais qu’un vrai Sound System c’est trop lourd...

Les petits monstres : Rollerus Monstrus nenfantus

(observé par SergeR) Ce sont des individus, peut répandus qui ne vienne pas pour une randonnée mais pour jouer qui passe la plus grande partie de la randonnée à se faufiler entre les adultes en jouant à chat-rando, dans les montées ils s’accrochent aux autres patineurs en lançant l’idée de chenille générale, dans les descentes ils imitent l’aboiement du chien en pinçant l’arrière des jambes du patineur se trouvant devant eux. Ils disent bonjour Jonathan à tous les staffeurs postés aux carrefours. Le petit monstre a de plus des hors du commun se sentant sur ces rollers comme dans des baskets il est capable de vous raser aussi bien au sens propre qu’au sens figuré. Vous le reconnaîtrez facilement car derrière lui traîne un adulte essoufflé qui à pour mission de les surveiller. NB : leurs randonnées préférées sont les randonnées à thème.

Le compulsif : Rollerrus Ordinatus addictus

(observé par Captain Loulou) Le compulsif se rencontre généralement en queue de Rando c’est là qu’il se sent bien au milieu de sa bande. Car le compulsif vit en meute. La meute de compulsifs est rarement complète au début de la rando. le compulsif en effet se couche très tard et se lève très tard (quand il se couche). On reconnaît le compulsif au fait qu’il cherche ses congènaires pendant tout la première partie de rando. Il faut noter qu’il ne sert a rien d’essayer de l’aider car il utilise des noms codés ne correspondant à aucun état civil (lucky luc, touche peepee, elvish, Débézède). Donc les noms qu’il hurle très fort sont incongrus voire ridicules. C’est généralement à la pause que les Compulsifs se retrouvent, à partir de là ils ne se quitteront plus. Les effusions sont bruyantes et chaleureuses (ils ne se voient qu’une fois la semaine mais on a l’impression qu’ils ne se quittent jamais). Comme chez les lions se sont les éléments feminins qui apportent la nourriture à la meute. Surtout à base de sucres rapides leur regime, peu diversifié, se compose de gâteaux de toutes sortes. La boisson, elle, est prise dans un second temps nous le verrons plus tard. Une Compulsive se différencie donc du mâle compulsif par un sac à dos enorme et rempli de nourriture. Pendant la 2eme partie de la rando, le compulsif échange son anxiété à trouver les autres pour une bruyante satisfaction d’avoir retrouve sa place dans la petite societe des compulsifs. Il rit bruyamment et continue a raconter des histoires sans queue ni tete qu’ils semblent comprendre ("Bigoudi postait tard hier soir" ?!? "on a vu passez les morues " ) La technique de patinage du compulsif est adapté à sa vie en meute, seul il se casse la gue....., en bande, il s’accroche aux autres et reste ainsi au coeur du groupe. à la fin de la rando, le compulsif, toujours en meute étanche sa soif. la boisson est toujours en abondance et fortement alcoolisée (ma théorie est que le compulsif craint les microbe et stérilise sa boisson à l’alcool) il faut noter une très large préférence du compulsif pour un mélange appelé "Mojito" qui doit sans doute correspondre mieux à ses besoins en fibres.

Pour être complet je dirais que les compulsifs se reconnaissent à leurs valise sous les yeux, à leurs doigts usés, à leur conversation lunaire (je crois que chez eux "String ou petit bateau ?" veut dire bonjour ou bienvenu ? et que le mot "forum" correspond à une interjection du style "eh bien" puisqu’ils l’employent tout le temps). Mes observations m’amènent à penser qu’il vont bientôt adopter leur parure d’hiver de couleur rouge . en effet la saison de la chasse étant terminée le compulsif n’a plus à se fondre parmi les autres patineurs et peut arborer fièrement les couleurs de son espèce.

RouleTaBille & Captain Loulou avec l’aide de SergeR.