Rollers & Coquillages, les parcours des randonnées rollers du dimanche à Paris. (www.rollers-coquillages.org)

Avec ou sans location de rollers blade (rollers en ligne, rollerblades) chez Nomades, vous aurez la possibilité de faire du roller en randonnée à Paris en famille, seul ou en club, sur un parcours défini par notre association Rollers et Coquillages. Chaque dimanche, un itinéraire correspondant à un événement roller débute place de la Bastille (magasin Nomades), à Paris (ou en région parisienne selon les événements rollers). Cette randonnée du dimanche, appelée rando-roller est organisée par Roller et Coquillage pour sortir en famille, promouvoir le roller et visiter Paris tout en faisant du sport.

Randonnées rollers du Dimanche : la rando-roller est un événement organisé chaque dimanche pour promouvoir le roller. Chaque randonnée est une force de communication (partenariat et sponsors) ayant souvent pour but d'aider les associations caritatives.

Prochain parcours du Dimanche : carte de la rando roller, dénivelé et parcours par nom de rues.

02/10/2016 - 2 octobre

Départ 14h30, retour 17h-17h30.

Parcours par nom de rues :

Place de la Bastille (Départ)
Boulevard Bourdon
Pont Morland
Place Mazas
Pont d'Austerlitz
Place Valhubert
Boulevard de l'Hopital
Boulevard Saint Marcel
Boulevard Arago
Rue de la Sante
Place Coluche
Rue d'Alesia
Rue de Vouille
Rue de la Convention
Rue Victor Duruy
Rue de Vaugirard
Rue Cambronne
Boulevard de Grenelle
Rue Desaix
Avenue Joseph Bouvard
Place J. Rueff (pause)
Avenue Joesph Bouvard
Avenue de Suffren
Rue de Sevres
Boulevard Raspail
Rue de Vaugirard
Rue de Medicis
Rue Gay Lussac
Rue Claude Bernard
Rue du Fer a Moulin
Rue Geoffroy Saint Hilaire
Rue Linne
Rue Jussieu
Rue des Fossees Saint Bernard
Pont de Sully
Boulevard Henri IV
Place de la Bastille (arrivée)
Distance: 19.2 km. Dénivelé: 104 m/-104 m

Vote des parcours du Dimanche : votez la prochaine rando-roller à Paris. Deux parcours vous sont proposés afin de choisir par quel itinéraire faire du roller à paris.

Vote du 13/5/2012

Yoron-jima

20.5km, +/-99m, pause: Place Raoul Dautry
Place de la Bastille
Boulevard Bourdon
Pont Morland
Place Mazas
Pont d'Austerlitz
Place Valhubert
Quai d'Austerlitz
Avenue Pierre Mendes France
Boulevard Vincent Auriol
Rue Jeanne d'Arc
Rue de Patay
Rue de Tolbiac
Rue de la Glacière
Boulevard de Port-Royal
Rue du Fbg St-Jacques
Boulevard Arago
Place Denfert-Rochereau
Rue Froidevaux
Avenue du Maine
Place Raoul Dautry (PAUSE)
Avenue du Maine
Rue du Cdt R Mouchotte
Place de la Catalogne
Rue Alain
Rue Vercingétorix
Rue de Vouillé
Rue de la Convention
Rue de Vaugirard
Boulevard Pasteur
Avenue de Breteuil
Place de Breteuil
Avenue de Breteuil
Place du Pdt Mithouard
Boulevard des Invalides
Rue de Vaugirard
Rue de Rennes
Boulevard Raspail
Boulevard St- Germain
Pont de Sully
Boulevard Henri IV
Place de la Bastille

Savaii

22.8km, +/-140m, pause: Place de la Nation
Place de la Bastille
Boulevard Bourdon
Pont Morland
Place Mazas
Pont d'Austerlitz
Place Valhubert
Boulevard de l'hôpital
Boulevard st Marcel
Boulevard Arago
Place Denfert
Rue Froidevaux
Avenue du Maine
Rue du depart
Place du 18 juin 44
Boulevard du Montparnasse
Boulevard du Port Royal
Avenue des Gobelins
Place d Italie
Avenue d Italie
Rue de Tolbiac
Pont de Tolbiac
Rue J Kessel
Rue de Dijon
Place Larchambaudie
Rue Prudhon
Rue Taine
Place Felix Eboué
Avenue Daumesnil
Porte Dorée
Boulevard Soult
Porte de Vincennes
Cours de Vincennes
Avenue du Trône
Place de la Nation (PAUSE)
Avenue Philippe Auguste
Boulevard de Ménilmontant
Place Auguste Métivier
Avenue de la République
Place de la République
Rue du Temple
Rue de Turbigo
Rue Beaubourg
Rue du Renard
Rue de la Coutellerie
Avenue Victoria
Rue Saint Martin
Quai de Gesvres
Quai de l'hôtel de Ville
Quai des Celestins
Boulevard Henri IV
Place de la Bastille
Revenir au parcours de la randonnée du dimanche
Afficher le bloc pour lire les informations
Masquer le bloc pour voir la carte
Accueil > Le Bulot Reporter > Nos Amis les Piétons

Nos Amis les Piétons

"Ou pourquoi j’ai pas le droit de traverser la rue moi !"

Nos Amis les Piétons

"Ou pourquoi j’ai pas le droit de traverser la rue moi !" Récit par RouleTaBille

Un Dimanche après midi comme les autres dans Paris passent des patineurs et des piétons veulent traverser la Rue !

Le Béat Homo Beatum. En général, ce type de piéton regarde la rando passer devant, bouche un peu ouverte, il en croit pas ses yeux, il est en arrêt, sauf dans le cas où il se trouve accompagné alors on peut voir un mouvement du coude, afin de signaler à son acolyte le passage de la rando. Ce piéton est en général sympathique.

Le Touriste Homo Tourista Imagus. C’est un gars que l’on voit surtout en été période Mai à fin Septembre, il est en général équipé d’un short , de chaussettes, parfois de sandales, et surtout d’un appareil photo et vas y je mitraille à tout va en souriant, pour une fois c’est le photographe qui sourit……il existe une variante, le touriste équipé d’un caméscope, là encore ce type de piéton à un fort potentiel de sympathie.

Le curieux Homo questionus. Profites de la présence d’un staffeur pour se livrer à un questionage en règle, Qu’est ce qui se passe ? Ah bon et c’est tous les dimanche ? Cela dure longtemps ? Combien de kilomètres ? Vous étés combien dans la rando ? Qui organise ? Rollers et coquillages pourquoi ce nom ? On le voit bien, ce piéton est peu dangereux, il est toutefois préférable le mettre en rapport avec un staffeur ( ou staffeuse) patient, sinon il tape sur les nerfs et obtient des réponses du type " T’es de la police ou quoi ? "

L’Hésitant Homo timidus. C’est un piéton qui sait pas trop si il va traverser, il met un pied sur la chaussée, Ah zut un rider, enlève le pied, regarde au loin......remet le pied puis le second sur la chaussée, ah zut un rider, retourne sur le trottoir...contrairement à ce que l’on pourrait il ne s’agit pas d’une danse nuptiale visant à un séduire un rider, même si parfois la valse hésitation se termine dans les bras d’un malchanceux randonneur.

Le boudeur (identifié par Captaine Loulou) Homo stagnitum. Puisque c’est comme ça je ne bouge pas !". Rencontré à République il y a quelque temps. le gars traverse avec ses valises juste devant la rando et quand la Police lui demande de presser le pas, il pose ses valises et dit que si c’est comme ça il ne bouge pas.

Le pousseur Homo poussettus enfanticus. En général, se déplace en couple avec une poussette, parfois du type Homo beatum, mais souvent il n’a peur de rien, il est prêt à traverser la rando poussette en avant avec bébé à bord afin de mieux se protéger, poussant la protection à l’extrême en profitant du passage piéton et du feux rouge…..on entend alors des cris de rider " fait gaffe pu…n ", " t’es taré toi ", " inconscient " ,"sac à gaufres ", ce piéton est dangereux car véhicule l’image de riders malpolis, en signalant à la machine à café le lundi au boulot "Font ch…avec leur p*t..n de rando…de m…., en plus me suis fait insulter , les en…és ".

Le pépé Homo agirus. S"en fout il passe, il est entend pas très bien, donc n’entend pas les cris des riders qui lui disent de rester sur le trottoir, ne voit pas très bien non plus, mais parfois équipé d’une cane qu’il utilise devant lui, y a une variante la mamie au cabas , voir avec charrette. Attention ce piéton est dangereux, il est lent, n’entend rien , ne voit pas bien et tape avec sa cane (ou parapluie).

Le road runner Homo rapidus. Une nouveauté rencontrée ce week end, c’est un piéton qui se glisse dans la rando et qui me mets à courir dans le sens de la marche, en diagonale, objectif traverser la rue dans le mouvement des rollers, parcours ainsi une centaine de mètres….pas très pratique mais moins dangereux que l’homo agerus. Difficile de discuter avec lui, car il est vite essoufflé...

Road runner endurant (identifié par Dunkelzahn) Homo endurantus sapiens. Il court il court il court le runner en faisant toute la rando d’un bout à l’autre et sans être essoufflé en plus (l’enflure) Il discute de temps en temps avec les patineurs qui sont souvent étonnés de le voir suivre la rando autrement qu’avec des chaussures sans roues ! Mais il le fait sur le trottoir sinon il se fait jeter par les homo staffus rigolus.

Le piéton bourré (identifié par Clochette) Homo vinicus fortu. Il a pas dessoulé, Il traverse la rando comme si de rien n’était, il ne se rend même pas compte qu’il y a des rollers sur la chaussée, il ne répond pas aux injections des riders, staffeurs et policiers......Bref, il a trop bu la veille ou le jour même pour comprendre quoique ce soit....

Le violent Homo bagarrus extremus. Modèle hard du piéton, va essayer de traverser la rando, s’en fout, le premier qui bouge il prendra son poing dans la g….le, il faut en général l’intervention de deux ou trois staffeurs ou alors un seul mais très costaud….il ne s’en laisse pas compter, c’est pas son problème, de toute façon il est le plus fort et faut pas le faire ch...r et puis il doit traverser car il habite en face…attention riders cet individu est dangereux, complément fermé au dialogue tout comme ses poings.

L’extra terrestre Homo bizarrus dominicus. Extrêmement rare de rencontrer ce type piéton, à ma connaissance seul Maître Hub a croisé sa route, dimanche dernier, il s’agit d’un piéton qui profite d’un dimanche après midi non pluvieux pour promener des tables, chaises, frigo et autres éléments de mobilier. Pour lui la rando n’existe pas , il traverse…c’est comme ça que des fois , un rider se retrouve hospitalisé de façon ridicule en disant "j’ai heurté un frigo qui a traversé la route", risquant ainsi de terminer dans le service psychiatrique.

Le politisé (identifié par ‘Tomette et Hub ) Homo politcus contrarium. C’est un piéton qui politiquement est contre tout, ne milite dans aucun parti car il est contre les partis politiques, le voilà en ce dimanche dans Paris, il aime pas Paris mais il a pas le choix, il part prendre son métro pour aller voir sa sœur, il peut pas râler car le metro n’est pas en grève, « bon diou ! », voilà la rando du dimanche, manqué plus que ça, on les autorise à mettre le bazar dans la capitale, c’est pas pensable on devrait supprimer le roller, ils ont qu’à rouler dans la campagne, y a de la place. Ce piéton utilise bien souvent des phrases toutes faites dont voici quelques exemples :
- « On sait ce que cela donne les mouvements de masse, des boeufs, vous êtes tous des bœufs » ( tendance salon de l’agriculture)
- « C’est ça, roulez, roulez, les veaux. On vous dit de vous amuser, vous vous amusez. Roulez avec la foule. » (C’est 1984, c’est Orwell. Le Meilleur des Mondes.)
- « Huxley l’avait bien dit !. » (tendance Bernard Pivot )
- « Et la liberté individuelle ? vous en faites quoi ». (tendance individualiste/égoïste). Ce piéton n’est pas dangereux, mais n’est pas non plus sympathique, l’idéal étant de ne pas être son voisin et de le croiser dans l’ascenseur.

La cagole (identifié par Gadget ) Homo Femina Cagola. Il s’agit d’une piétonne, que l’on ne rencontre que dans le Sud de la France, il existe toutefois une variante locale « la pétasse blonde » (Homo Feminus Vitrinus). Elle attend le passage de la rando, non pas sur le trottoir, mais sur la route, l’objectif étant de pouvoir se faire remarquer par un beau mec en rollo ou bien un staffeur. Tente d’être le plus proche possible afin de pouvoir entendre ( si tant est qu’elle le puisse) les compliments du genre « waouuuu la s..….. ».

Le suicidaire. (identifié par Elvish_Stef) Homo suicidus. La vie pour lui, c’est moche. D’ailleurs de voir tous ces rollers qui s’amusent ça le déprime encore plus, d’ailleurs ça devrait être interdit d’afficher publiquement sa joie de vivre. On peut observer plusieurs stades d’évolution pathologique.
- Stade 0 ou pseudo suicidaire vicieux(se) : fait mine d’avancer pour qu’un staffeur(se) vienne le prendre dans ses bras et le raisonner, puis retourne trankilou sur son trottoir, rêveur(euse). se méfier de ce type de suicidaire. Parfois confondu avec les fans hystériques pleurant aux concerts de Patrick bruel. Critère de diagnostic : absence de banderole : Patriiiick on t’aime !!!
- Stade 1 : avance pour traverser et se débat pour échapper au staffeur qui le retient comme il peut par le T-shirt. C’est en fait un appel au secours. le traitement est simple un petit choc avec un roller inattentif et paf ça lui remet les idées en place.
- Stade 2 : le métro est en grève alors il se rabat sur la rando. Il cherche à s’étendre sur le sol, les bras en croix sur le trajet de la rando. Rien à faire à part le traîner jusqu’au trottoir le plus proche.
- Stade 3 : coupés de la réalité, shootés aux anti- dépresseurs, ne se rend compte de rien, même pas du danger. Suffit de les pousser un peu, et paf par terre.
- les esprits ou stade post suicidaire : carrément échappés du cimetière, sont en fait des âmes d’anciens piétons tourmentés ou d’adorateurs de ToiPaBloquer, viennent hanter la rando. Ainsi certains piétons vont se retrouver possédés par eux et vont traverser sans s’en rendre compte. Traitement : exorciser la victime, réalisable que par un gourou staffeur, et encore, s’il a pensé à emmener avec lui des yeux de grenouilles en plastique, et des marguerites fanées.

RouleTaBille avec l’aide de Captain Loulou, Dunkelzahn, Clochette, Hub, Tomette et Gadget.